Du frais, du légume, du Frêlug!

frelug-legumes-casablanca-carrefour-miam.ma

Depuis peu, on remarque dans les rayons un nouvel arrivage de légumes frais sous-vide.

Prêts à l’emploi, ils sont là pour nous faciliter la tâche après une longue journée de travail. Si les restaurateurs et hôteliers ont en fait leur dada, consommateurs hésitent encore à sauter le pas.

D’un côté nous avons nos légumes frais habituels, à peine sortis de terre. D’un autre un ovni novateur, celui du légume en paquet. L’hésitation est encore palpable. Miam.ma s’est penché sur ce dossier en contactant, Amina Oudghiri gérante de Frêlug.

Amina Oudghiri a lancé son entreprise il y a six ans, après une longue carrière dans la restauration. «Mon premier contrat a été signé en 2012 avec Burger King, et aujourd’hui on est à une vingtaine de restaurants avec eux», nous explique-t-elle

Le must de son marché? Les restaurants, les hôtels et bientôt Carrefour Gourmet. Chaque produit frais proposé chez Frêlug est conditionné d’une manière qui lui est propre. Soit en sous-vide, pour une utilisation jusqu’à 5 jours, soit en sachet micro perforé (surtout pour les salades), qui permet à l’aliment de respirer. Pour cette dernière la date limite de consommation est de trois jours.

Lire aussi: Autour des Chefs va à la rencontre du terroir marocain

 

De l’usine aux rayons frais

frelug-legumes-casablanca-miam.ma

De l’usine Frêlug, les aliments sont immédiatement transportés vers leur destinataire en camion frigo. Une fois sur place, les produits frais doivent être conservés en chambre froide. «L’idée c’est vraiment d’offrir un produit frais. Chez Frêlug on vent surtout une solution, on ouvre un paquet prêt à l’emploi, sans gaspillage, sans perte de produit », explique Amina Oudghiri à miam.ma.

Ces ovnis qui seront des habitués de nos réfrigérateurs d’ici quelques mois, sont proposés à un prix de 4 dirhams allant jusqu’à 29 dirhams. Et grande surprise, en termes de chiffres, les stars de cette entreprise sont la salade et la roquette !

«Mon objectif était aussi de contrecarrer l’import, car nous importons énormément de produits, alors que nous avons une agriculture riche et diversifiée», déclare Amina. En effet avant d’arriver en usine, les produits sont d’abord récoltés chez des petits producteurs locaux. Ils sont donc frais ces ovnis!

Et la sauce prend! Aujourd’hui Frêlug livre près de 70 entreprises et compte même agrandir son usine…

 

Commentaire Facebook