City Lady: Un City Club juste pour les femmes

city-lady-city-club-casablanca-jonathan-harroch-miam.ma

 Non les City Club n’ont pas remplacé leurs fameuses devantures oranges en roses.

Mesdames si vous apercevez un City Club rose, entrez-y, vous n’y verrez aucun humain de genre masculin.

On en rêvait, City Club l’a fait. Une salle de sport low cost où personne ne nous regardera bouger! « Les femmes d’aujourd’hui sont en quête d’un univers féminin dédié où la femme est au centre des préoccupations, où ses moindres désirs sont anticipés et pris en considération», précise Jonathan Harroch, PDG du groupe City Club à miam.ma.

Jonathan-Harroch-City-Lady-City-Club-miam.ma

Le City Lady nous permettra de faire notre sport sans sentir de regards incessants. De bouger sans complexes et de pratiquer le sport voulu en toute intimité. Fitness, Crossfit, boxe… de nombreux sports seront proposés à la clientèle féminine.

L’équipement, l’agencement et les services mis en place ont été pensé en prenant en considération les différents besoins des clientes mais aussi en fonction des spécificités de chacune sur le plan de (la taille, la morphologie, l’âge et l’état de santé de chaque adhérente).

«Dorénavant chaque cliente aura un circuit adapté qu’elle suivra avec l’un des coachs selon ses besoins et attentes», explique Harroch.

D’ailleurs l’un des circuits phares qui sera proposé dans le programme, est le circuit minceur 30 minutes qui est un circuit ludique de 30 minutes sur des appareils de musculation à charges variables.

En gros, la cliente devra effectuer ses exercices en changeant de poste toutes les 2 minutes. Le tout accompagné d’un coach qui veillera à la bonne exécution des exercices, garantissant en toute sécurité, leur efficacité. Les 7 machines constituant le circuit activent 14 groupes musculaires en bas et haut du corps.

City Lady partout au Maroc

Non, Casablanca ne sera pas la seule ville à avoir son City Lady. Au courant 2018, l’entreprise a pour objectif d’en ouvrir 10 autres.  «Cela pourrait être plus rapide, mais il est difficile de trouver du personnel qualifié», nous explique Harroch.

Commentaire Facebook