Marrakech: Un weekend à la Mamounia

la-mamounia-marrakech-hotel-restaurants-miam.ma

Un weekend pour se replonger dans la pure tradition marocaine.

Au fur et à mesure des années, la Mamounia est devenue LA référence en termes d’hôtellerie.

Un hôtel n’est pas seulement un établissement où l’on se rend pour dormir une nuit ou deux. C’est avant tout un espace magique, où l’on a l’occasion de développer l’ensemble de ses sens.

Dès votre entrée, une immense statue vous accueille dans le hall, entourée de fauteuils rouges bordeaux. La première impression donne bon espoir pour la suite.

Direction les chambres, où un labyrinthe vous mène vers votre havre de paix. La lumière dans la chambre est tamisée et les murs empreints de gaieté aux couleurs de la ville. A votre droite, la première salle de bain. Le couloir nous mène ensuite vers un dressing  au bois noble et travaillé.

Lire aussi: J’ai testé pour vous… le massage oriental

Sur la table du salon, vous êtes accueillis par une bouteille d’eau et de champagne, des gâteaux marocains, des fruits, ainsi que des sucreries. Après un long voyage, de tels mets nous apparaissent comme un nouveau souffle.

La seconde pièce est dédiée à la chambre, au bureau et à la partie boudoir. Le lit est moelleux et chaleureux tel un nuage de coton. La salle de bain attenante est tout simplement magnifique. Baignoire à l’ancienne, chauffe-serviettes au mur, douche arrondie aux allures d’un hammam traditionnel.

Mais la chambre ne serait rien sans sa splendide terrasse avec vue imprenable sur la forêt. Un moucharabieh vert clair entour votre espace privé, vous faisant, ainsi, sentir seul au monde.

La Mamounia et sa gastronomie

Marrakech-weekend-la-Mamounia-miam.ma

On est aussi et surtout là… pour manger. Un séjour pourrait se voir gâcher par manque de saveurs dans les plats.

Décryptons l’un des repas. A commencer par la fameuse pastilla. Bien cuite, à peine huileuse, elle pourrait, à elle seule, représenter un déjeuner. Note intéressante, elle se coupe très facilement. Alors soit les couteaux de La Mamounia sont très bien aiguisés, soit le Chef n’a pas perdu son temps à enrouler sa pastilla de pâte feuilletée inutile. Je pencherais davantage pour la deuxième. La pastilla était en effet très légère, bien épicée, attention aux langues sensibles.

Ma deuxième note positive va au dessert original et inoubliable. Il s’agit d’une mhencha (le gâteau marocain au miel sous forme de serpent enroulé) très légère aussi, mais surtout très très goûteuse. Le miel chaud est venu contrecarrer la fraîcheur de la glace qui surmontait ce délicieux dessert.

Commentaire Facebook