Le Monde de Sophie se lance dans la glace artisanale

le-monde-de-sophie-glace-chocolat-casablanca-miam.ma

En avril ne te découvre pas d’un fil. Mais la chanson ne nous dit pas si on a droit à la glace ou pas !

 

Pour accueillir les longs mois de chaleur qui nous attendent, Le Monde de Sophie se lance dans un nouveau pari culinaire. Des glaces ! Quoi de plus appétissants ?

En exclusivité dans sa boutique, Sofia, nous propose des glaces et sorbets artisanaux, homemade, sans conservateurs et sans additifs. Un régal pour les enfants et une future lubie pour les plus grands.

Parmi les recettes de glaces, l’on retrouve un sorbet particulièrement alléchant : le sorbet mandarin. Un voyage en Asie qui vous fera découvrir la fraîcheur du litchi et la délicatesse de la framboise, le tout… sans sucre ajouté !

Lire aussi: Découverte du mois: Le Monde de Sophie

De la glace et du chocolat !

On n’oublie pas pour autant la source du magasin, à savoir le chocolat.

Direction le quartier Bourgogne pour découvrir le petit Monde de Sophie. Rue Ibnou Jahir, un magasin façon Paris XVIème que vous ne pourrez rater vous accueille dans un monde parallèle.

N’hésitez pas à pousser la porte de ce petit repère de gourmands. A première vue, la décoration pose d’ores et déjà le décor, nous sommes dans du Marocain revisité au goût du jour.

Si l’ambiance est tradi-moderne, elle ne se limite pas à quelques bibelots. En effet, Sofia, créatrice à l’âme d’enfant, a su respecter les recettes traditionnelles tout en les modernisant dans chacune de ses recettes.

Vous trouverez ainsi une sélection de chocolats au sellou, au thym ou encore au gingembre. Chaque bouchée dans ce magasin vous renverra vers une partie de votre enfance.

 

Afin d’agrémenter cette sensation de Charlie dans une chocolaterie géante, Sofia a même pensé à fabriquer des tablettes portant les noms des villes marocaines et… tenez-vous bien, du chocolat en morceaux vendu au gramme.

Cela n’est pas sans nous rappeler nos retours d’école où nous faisions une halte à l’épicerie du coin pour acheter un morceau de Maruja. Une façon de “bousculer les codes sans les bannir”, explique l’auto-entrepreneur à Miam.ma.

La suite sur miam.ma

Commentaire Facebook